lundi 30 mai 2011

Panorpe (Panorpa vulgaris) ou mouche-scorpion.

La rivière Aven, dans son cours supérieur, coule paisiblement, marquant la limite entre les communes de Tourc'h et de Rosporden (Kernével). Dans les iris qui finissent de fleurir, des Panordes volent lentement. Ce milieu couvert et humide leur convient à merveille.

[ infos ]


Au Moulin Vert, la roue s'est arrêtée depuis longtemps. En mai, il n'a guère plu et le niveau de l'eau dans la rivière est déjà bien bas.

Au premier abord, cet insecte, Panorpa vulgaris, de l'ordre des Mécoptères, a un singulier profil. Sa tête allongée possède un impressionnant rostre terminé par des pièces buccales de type broyeur.



Les quatre ailes membraneuses et translucides de Panorpa présentent des tâches foncées. Sur la tête, entre les deux yeux, on distingue trois ocelles.



Panorpa se pose sur le feuillage des plantes et cherche sa nourriture. Celle-ci se compose généralement de cadavres frais de petits insectes, parfois volés aux araignées et aussi de détritus végétaux.



Autre particularité : l'extrémité de l'abdomen du mâle est recourbée vers le haut et porte un organe copulateur prolongé par une pince tout à fait inoffensive. C'est ce qui lui a valu son nom de mouche-scorpion, bien que ce ne soit pas réellement une mouche. Les mouches ne possèdent qu'une seule paire d'ailes. Encore moins un scorpion !



L'abdomen de la la femelle de Panorpa est terminée par des segments formant une tarière télescopique qui lui permet de déposer ses amas d'oeufs dans le sol.



1 commentaire:

laubaine a dit…

un superbe insecte

Message précédent Message suivant Accueil