vendredi 23 août 2013

L'argiope frelon (2)

Ce matin-là la bruine fait son apparition. La toile de l'argiope frelon se couvre de fines gouttelettes d'eau.


Bientôt, les nuages se dissipent et le ciel s'éclaircit. Il est temps de se dégourdir les pattes et les pédipalpes, ces appendices qui ressemblent à de petites pattes et qui serviront à localiser et manipuler les proies prisonnières de la toile.



Le temps de faire le tour de l'immense piège que l'araignée a tendu dans les arbustes, à moins d'un mètre du sol.


Un fil par-ci, un nœud par-là et ça ira mieux...L'argiope frelon sécrète de la soie par les filières situées à l’extrémité de l’abdomen.


Le temps de se refaire les griffes qui ont maintenu et mis en place les fils de soie et les insectes volant ou sautant par là n'ont qu'à bien se tenir !




(2) Voir aussi : http://musardage.blogspot.fr/2010/08/largiope-frelon.html

2 commentaires:

Gisou a dit…

Bonjour, je tombe par hasard sur ce beau blog fort intéressant en faisant une recherche sur la thenthrède. L'argiope frelon est une araignée fascinante, j'ai le bonheur d'en voir de temps en temps dans mon jardin d'Alsace. J'avais également fait un post à son sujet. Avez-vous déjà vu les capsules qu'elle tisse pour y pondre ? Cela ressemble à s'y méprendre à des capsules de pavot, je n'ai hélas pas eu le réflexe à l'époque d'en prendre une photo. Bonne journée !

Roland PICARD a dit…

Réponse à Gisou. Merci pour votre commentaire. Je n'ai jamais vu les capsules dans lesquelles pond l'argiope. A la prochaine je serai attentif...

Message précédent Message suivant Accueil